cigarettes-fumee-tabac-bio

 

Vivement le poison tout noir et négrier
De colle il est pâteux en s’accrochant hostile
S’agglutine partout, du côté face ou pile
Et de mon corps, il fait son refuge encrier

Je voudrais m’arrêter, promesse d’usurier
Ne plus vous empester, cela vous horripile
Je tire à chaque instant le grisou volatile
Écrasant mon mégot dans votre cendrier

Alors que pensez-vous de mon plaisir goudron
Le fumet s’introduit tout au fond du chaudron
Où la faucheuse fait le guet devant ma porte

J’aspire chaque coup, nicotine l’instant
Gravant sur mon tombeau : « Là, repose la morte
Qui tuait ses poumons, ses jours les vapotant »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s