Le fond rubis s’étend et s’agrandit trop vite
L’assassin prend le bout qui gicle de partout
Plante son couteau droit, simulant le dégoût
Il doit continuer, même si c’est limite

Sa main s’en va tremblant, l’os doucement s’effrite
Il sait qu’il coupera ce membre jusqu’au bout
Trop tard pour déguerpir: persévérer surtout
Il voudrait du secours, ne sait plus: il hésite

Il reprend son couteau pour s’en servir enfin
La lame fend la chair, il n’en voit pas la fin
A force de scier, il attrape une ampoule

Comme une odeur de sang, ça lui prend dans le nez
Il voudrait tout stopper, ou bien abandonner
C’est la dernière fois qu’il découpe une poule

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s