Où est le problème ?

21-06-01b

Je comparais à la barre des accusés !
Présentez-vous, nom, prénom … Mon prénom est Casse
Casse comme démolit le temps qui ne passe.
Mon nom est Pieds, vous devriez le supposer !

Je suis ce que vous appelez un être oublié,
Un fantôme, une simple chimère qu’on classe
Derrière les archives, dans la paperasse.
Sans travail réel et vous me congédiez ?

Tous les jours, vous ignorez quand je suis présente !
« Ah bon, tu étais là ? Je te croyais absente »
Juste placardisée, pour vous, je ne suis rien …

Pour tuer mes journées, j’écris donc des poèmes,
Et même des romans, mon futur gagne-pain …
Alors laissez-moi en paix: où est le problème ?

 

Sacrée Marcelline

 

 

sacree marcelline5

Je me gratine une descente
Ferme, pas une de ces molles,
Collant, comme une raviole,
Une dernière bien glissante !

Le matin doucement s’efface :
Je me sens vibrer, toute alerte …
J’ai envie soudain d’une glace
Imbibée de Chartreuse verte !

Devant mon verre d’Antésite,
J’observe les skieurs qui glissent …
Garçon ! Je voudrais une truite
Et un poulet aux écrevisses …

Quoi vous n’avez plus de poisson ?
Donnez moi plutôt du Murçon,
Un coteaux du Grésivaudan
Avec un bleu finalement …

Bonne chère dans la poudreuse,
Je me sens bien mieux à présent.
Mince j’oubliais ma chartreuse,
La noix sur le gâteau pourtant !

Marcelline, fourchette en main
Descendant sur ses deux couteaux

 

Versification : ce sont évidemment des octosyllabes

Je /me /gra/ti/ne u/ne /des/cente
Fer/me /pas /u/ne /de /ces /molles
Col/lant /com/me u/ne /ra/vi/ole
U/ne /der/niè/re /bien /glis/sante

Le /ma/tin /dou/ce/ment /s’ef/face
Je /me /sens /vi/brer /tou/te a/lerte
J’ai /en/vie /sou/dain /d’u/ne /glace
Im/bi/bée /de /Char/treu/se /verte

De/vant /mon /ver/re /d’An/té/site
J’ob/ser/ve /les /ski/eurs /qui /glissent
Gar/çon /Je /vou/drais /u/ne /truite
Et /un /pou/let /aux /é/cre/visses

Quoi /vous /n’a/vez /plus /de /pois/son
Don/nez /moi /plu/tôt /du /Mur/çon
Un /co/teaux /du /Gré/si/vau/dan
A/vec /un /bleu /fi/na/le/ment

Bon/ne /chè/re /dans /la /pou/dreuse
Je /me /sens /bien /mieux /à /pré/sent
Min/ce /j’ou/bli/ais /ma /char/treuse
La /noix /sur /le /gâ/teau /pour/tant

Mar/cel/li/ne /four/chet/te en /main
Des/cen/dant /sur /ses /deux /cou/teaux

 

Allusions culinaires iséroises

Je me gratine une descente
Ferme, pas une de ces molles,
Collant, comme une raviole,
Une dernière bien glissante !

Le matin doucement s’efface :
Je me sens vibrer, toute alerte …
J’ai envie soudain d’une glace
Imbibée de Chartreuse verte !

Devant mon verre d’Antésite,
J’observe les skieurs qui glissent …
Garçon ! Je voudrais une truite
Et un poulet aux écrevisses

Quoi vous n’avez plus de poisson ?
Donnez moi plutôt du Murçon,
Un coteaux du Grésivaudan
Avec un bleu finalement …

Bonne chère dans la poudreuse,
Je me sens bien mieux à présent.
Mince j’oubliais ma chartreuse,
La noix sur le gâteau pourtant !

Marcelline, fourchette en main
Descendant sur ses deux couteaux

 

gratin-dauphinois-32122_w300 ravioles-de-royans2liqueur-chartreuse-verte-55-70cl-big.d39d906a9c65e9534fedde78158d3c4b.img43-95-thickboxtruite-fario-aux-legumes-du-potager-de-la-ferme-de-labbe-rozier-340898737c2ef133e94384bc7cf00330ffae384poteedauphinoisemursonthomas-finot-coteaux-du-gresivaudan-pinot-noir-2016bleu_1noix_grenobleob_dcc2150c2b32b9de30073d6d2a9c2d3a_marcelline-1

 

Recette de la Marcelline

Pour 4 personnes :

  • 2 Saint-Marcellin

  • 4 tranches de lard fines

  • 1 pâte feuilletée

  • 1 jaune d’oeuf pour la dorure

  • salade et huile de noix pour l’accompagnement

Préchauffez le four à 200°C. Découpez les Saint Marcellin en deux moitiés, comme pour en faire un sandwich.

Découpez 8 ronds dans la pâte feuilletée, légèrement supérieurs à la taille du fromage pour pouvoir l’envelopper. Entourez les moitiés de Saint-Marcellin de lard, puis déposez-les sur un rond de pâte, et refermez avec un deuxième rond.
Badigeonnez avec du jaune d’oeuf.

Mettez au four pendant 20 minutes et servez chaud avec de la salade arrosée d’un filet d’huile de noix.

Fusionnels

 3923138c10208520d7862d3aa2b37f68--journals-le

 

Mon cher et tendre amour
Chaque nuit, tu te lèves
Tu brises tous mes rêves
Marchant comme un poids lourd

Tu prépares à manger
Les machines bourdonnent
Le micro-ondes sonne
Tout pour me déranger

Je n’ai donc pas le choix
Je quitte ma couette
Doucement, je m’apprête
En silence, sans voix

J’avale mon café
Vite fait, un zombie
Ces minutes subies
Mon cerveau étouffé

Il est très tôt, trop tôt
Pourtant comme je t’aime
J’évite tout problème
Je finis mon gâteau

Vlan, je nourris le chat
Je clos toutes les portes
Et tout comme une morte
Suis l’ombre de tes pas

Te collant, au radar
Lasse, mais tu t’en fiches
Tu fonces, tu défriches
Mes désirs sans égards

À l’aube, chaque nuit
Au travail, je t’escorte
Une potiche en sorte
Un objet qui te suit

Cette nuit, dans le froid
Je suis là, à écrire
Ma douleur à transcrire
Tu es parti sans moi

Mais au lever du jour
La maison semble vide
Cette fois, je décide
J’attends, là, ton retour

La nuit c’est pour dormir
Mais sans toi, je déprime
Rentre vite et ranime
Mes pensées en soupirs

Nous sommes fusionnels
Véritables ventouses
Je signe : ton épouse
Par devant l’Eternel

 

 

Magasin …

picto-boutique2

Votre magasin vient d’ouvrir
Dizaines d’articles en stock
Vendeurs à l’essai sous médocs
Tout est encore à découvrir

 

Votre magasin s’agrandit
Livraison un peu indocile
Personnel assez difficile
La maison ne fait point crédit

 

Votre magasin est au top
Achetez tout, c’est le moment
La qualité assurément
N’hésitez pas, c’est the best shop

 

Votre magasin brade tout
Des fournitures inutiles
Au trop plein d’invendus futiles
Dépêchez-vous, tout doit partir

 

Votre magasin va fermer
Il ne restera plus grand-chose
Une ultime vente s’impose
Voilà le cercueil refermé

La seule chose qui compte, c’est donner pour donner

00000001.jpg

 

Si maman si te dit: résiste
Tu as besoin d’amour
Ne sois pas si bête
Comment lui dire, aime-la

N’écoute pas les idoles
Laisse tomber les filles
Les Sucettes du bébé requin
C’est pour une poupée de cire

Débranche l’Amérique,
Hong-Kong Star , Calypso
Laissez passer les rêves
Ca balance pas mal à Paris

Diego libre dans sa tête
Il jouait du piano debout
Avec ce sacré Charlemagne
Et Babacar en musique

Cézanne peint Baby pop,
Ella, elle l’a, la Chanson d’Azima
Sur de la samba mambo
Tout pour la musique évidemment

Viens je t’emmène,
Ta Déclaration d’amour
La seule chose qui compte
C’est donner pour donner