brown-out-1.png

Chante comme l’eau qui s’écrase sur le sol
Flux salé de mes pleurs, long sanglot de ma peine
Gémissements plaintifs, cris jusqu’en perdre haleine
Ma chanson est ainsi, ballade d’un guignol

Je suis un freluquet, gisant dans le formol
D’un zen olympien, je me voudrais sereine
Et non pleurnicher là, comme une madeleine
Hurlements très malsains, puanteur d’éthanol

Je me vomis à fond, sans garder au passage
Les traces du retour, voulant fuir sans message
Excusez-moi du peu, ça manque de fraîcheur

Mais c’est vrai pardon, me jetant de la falaise
Si prématurément, je dois, pour mon malheur,
Arrêter mon travail, oui, ne vous en déplaise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s