invasion

 

Ils sont tous là, nouveaux

Entre eux, ils se connaissent

Invités en troupeau

Hélés par une déesse

 

La peuplade restante

Se sent comme étrangère

Entente conquérante

De place, n’a plus guère

 

Tous les migrants s’installent

Reléguant les ancêtres

Et de leur piédestal

amorcent leur conquête

 

La ministre a nommé

Un nouvel arrivant

Fantassin implanté

En vraiment peu de temps

 

Le peuple ne dit mot

Pourquoi se rebeller

Et certains, moins ballots

Se sont déjà cassés

 

Le clan crie en silence

Sous le déferlement

Le pays en souffrance

La force en mouvement

 

Le roi se tait toujours

C’est son unique droit

Draperie de velours

Mais sans aucune voix

 

A force d’inviter

Les étrangers migrants

Le pays va sauter

Demain, dans un moment

 

Pas encore de fronde

Ca ne va pas tarder

Le peuple complet gronde

Envahi, poignardé

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s