J’ai retrouvé, au grenier, une rédaction de ma fille aînée, écrite en janvier 2012 – elle avait 12 ans
Elle avait pas mal d’imagination, même si parfois elle l’exprimait assez maladroitement, du haut de ses 12 ans.
J’ai entièrement retravaillé son texte, les fautes de langage de tous genres
(je mettrai  le texte initial à la fin)
Mais l’histoire en tant qu’histoire est restée (j’ai juste modifié  ou supprimé certaines incohérences et arrangé la fin qui était un peu trop bâclée à  mon goût)

Simon demeure dans un tout petit village, qui ne se trouve pas sur la plupart des cartes, un véritable trou perdu, au milieu de la France profonde. Simon, âgé de onze ans, vit avec Shana, sa sœur aînée et son père Georges. Sa mère est morte hélas, en le mettant au monde.
Ils pourraient couler des jours heureux si les gens étaient aussi droits et braves qu’eux. Mais il ne faut pas demander de miracle : la race humaine est peuplée de personnes dénuées de toute gentillesse. Pour preuve, Shana souffre énormément en classe avec ses camarades de lycée qui la raillent quotidiennement. Ils se moquent d’elle à cause des problèmes de peau. On la surnomme « Clavier d’ordinateur », car elle est couverte de boutons, très gros et très rouges.
Alors, elle pleure, présentant des pensées noires au point d’en devenir dépressive. Son père décide de consulter un médecin. Le spécialiste décrète que si dans huit ans elle n’est pas guérie, elle risque d’exploser. Rien de moins !
Simon adore sa sœur et remuerait ciel et terre pour qu’elle soit plus heureuse qu’actuellement. Or, un jour, en classe, en cours de français, le professeur lance un sujet assez bizarre…
— Madame, j’ai entendu parler de l’herbe magique ; elle peut exaucer un souhait. Où peut-on la trouver ? demande curieusement Anna, une camarade de Simon.
— Et bien, ma chère enfant, l’histoire de l’herbe magique remonte à longtemps déjà, mais vous ne voudrez sûrement pas que je vous retrace cette légende, répond ironiquement l’institutrice.
— Si, racontez-nous ! crient en chœur ses élèves.
— Et bien, il y a des siècles, bien avant que les arcs-en-ciel n’existent,  à l’époque des gnomes, trolls, fées et autres créatures fantastiques, poussait une plante surnaturelle. On la connaissait mieux sous le nom d’Herbe aux Souhaits. En effet, elle pouvait exaucer un vœu qui changerait notre vie bien entendu. Cette plante se développait dans la « Forêt Interdite », située au sud de notre pays. On entendait dire qu’une fois que les personnes arrivaient dans les bois, elles ne parvenaient plus à en sortir, car tous les chemins les ramenaient au centre de la forêt.
Seuls le courage et une âme angélique pouvaient les aider à progresser.
Donc, après des mois, des années passées à marcher, tourner en rond, les plus valeureux, mais surtout les plus purs, atteignaient le bout de la forêt, mais grosse déception : un rempart énorme, d’une dizaine de mètres de haut, les empêchait de s’engager plus loin.

Au pied de ce rempart, vivait un nain, le gardien du mur. Il posait une question qui permettait ou non de dépasser cet obstacle. Soit, les personnes réussissaient à répondre et franchissaient le barrage, soit elles étaient condamnées à errer dans les bois jusqu’à la fin de leur vie.
Mais l’Herbe aux Souhaits poussait tout en haut d’une falaise, dans le jardin de la fée des chênes. Pour y accéder, il fallait encore trouver l’échelle magique, invisible aux yeux de la plupart des gens, uniquement apparente à ceux qui possédaient une âme pure.

Simon rentre chez lui, avec l’histoire en tête. Il se dit qu’il pourrait sauver sa sœur comme ça : souhaiter de combattre l’acné. Déterminé à aider sa frangine, il dresse une liste… Voyons, il s’y rendra à vélo, donc surtout ne pas oublier la pompe et des rustines. Il se saisit d’un sac en bandoulière où il y dépose du pain, une gourde remplie d’eau, un peu d’argent. Il ignore encore que sa quête lui prendra plus de temps que prévu. Pour se rassurer, il y glisse également trois photos de sa mère, sa sœur et son père.

Il roule, il pédale malgré le soleil qui lui tape sur le crâne. Il a oublié d’emporter une casquette. Tant pis, c’est trop tard. Sous la canicule, il transpire, mais il doit continuer. Le bonheur de Shana en dépend !
Curieusement, les provisions dans sa besace ne diminuent pas : chaque fois qu’il mange un bout de pain ou boit un coup d’eau, les aliments se régénèrent. Il pourrait s’en étonner, mais il circule dans une région magique où ne règne aucune logique.
C’est ainsi qu’après plusieurs semaines de route, il arrive enfin à la forêt interdite. Plusieurs semaines, pense-t-il, mais cela pourrait être plusieurs mois ou années : il a perdu toute notion du temps en fait. Il se rappelle juste que seule une âme pure peut ressortir de cette forêt. Il songe uniquement à son objectif et entre donc dans les bois.

À sa vue, les arbres se dressent tout en hauteur, cherchant à rejoindre le ciel, mais se rapprochent les uns des autres. Les lieux sont si sombres que Simon n’y distingue pas le bout de son nez. Il finit par percuter un gros tronc et son vélo se brise en deux. Ce ne sont ni la pompe ni les rustines qui vont pouvoir le réparer. Plus d’autres solutions que de continuer à pied.

Un jour, alors qu’il commence à perdre tout espoir, il perçoit un curieux bruit, une sorte de grognement… Qu’est-ce que c’est ? Un ours ? Un loup ? Il n’en sait rien, il court, il détale et tombe nez à nez avec une jeune fille qui semble égarée également.

— Bonjour, n’aie pas peur. Je ne suis pas un méchant monsieur traînant dans les bois à la recherche de demoiselles à violer.
Regarde-moi : je pense avoir ton âge. Je me présente : je m’appelle Simon et j’ai onze ans.
Non, j’avais onze ans, mais c’était quand ? Il y a des mois, des années ?

— À vue de nez, tu dois être âgé actuellement de quinze ou seize ans, comme moi.
Si tu traînes dans cette forêt depuis aussi longtemps que moi, je crois que tu recherches également l’Herbe aux Souhaits.
Si tu veux, on cheminera ensemble, on se sentira moins seul…
À propos, je me prénomme Lucy et je souffre de gudirose, une maladie incurable qui attaque mes yeux.
Si je ne découvre pas cette plante, je deviendrai aveugle à coup sûr dès que j’atteindrai l’âge adulte, peut-être même avant, car je pressens déjà que ma vue commence à baisser.
Lucy est une adolescente tout à fait ravissante et Simon se sent troublé en la regardant. Mais l’heure n’est pas à s’étendre sur ses émois amoureux.
Ils décident de poursuivre leur périple ensemble et après une très longue marche, ils arrivent à la muraille. Ils cherchent une entrée, mais l’enceinte ne présente non seulement aucune porte, mais également aucune aspérité qui leur permettrait de grimper. Soudain, une voix nasillarde les interpelle. Ils aperçoivent un personnage ridiculement petit et surtout très très laid.
— Bonjour intrus, je suis le nain du rempart et je m’appelle Rikiki. Si tu te trompes en répondant à ma question, ton amie et toi, vous pouvez commander la morgue, leur lance le nabot.
— Je trouverai la solution, rétorque Simon avec confiance.
— Très bien, très bien… Écoutez alors, car je ne le répéterai pas. Je suis un instrument, on ne me voit pas, on ne me touche pas, mais on m’entend. Qui suis-je ? marmonne le nain en pouffant de rire.
— Heu… Ma sœur me parlait souvent de ma maman, elle adorait la musique… Mais je ne percute pas…
— La voix ! hurle Lucy, coupant la parole à son camarade.
— C’est… c’est exact ! Félicitations, vous pouvez passer.
Rikiki s’avance près de l’enceinte et frotte un chiffon sur la paroi. Le rempart s’enfonce en terre pour ne plus laisser la place qu’à un muret et que nos deux compères enjambent sans trop se poser de questions. Et l’aventure continue… Ils doivent encore trouver le repère de la fée des chênes.
Lucy et Simon se sont de plus en plus rapprochés depuis le début de leur voyage commun. Il est devenu amoureux de Lucy, au visage de poupée, l’ange tombé du ciel. Elle s’est éprise de ce jeune homme candide et droit.
Cachés derrière un énorme tronc, Simon devine des barreaux transversaux et lumineux.
— Regarde ! C’est l’échelle enchantée ! Elle est magique ! articule Simon, assez impressionné.
Mais Lucy ne distingue rien. Son cœur pur devrait pourtant l’apercevoir, mais sa vue décline de plus en plus.
— Où ça ? S’interroge-t-elle.
Simon comprend immédiatement : il doit guider son ami, l’aider à gravir les marches. Difficilement, Lucy monte et grimpe encore, mais elle a un peu peur, car, elle croit progresser dans le vide, dans le noir absolu. Il la protège, derrière elle, pour la rattraper si jamais elle tombait.
Une fois au-dessus de l’échelle, il distingue la maison en question. Il frappe à la porte et une fée en sort. Logique : il n’aurait rien compris s’il avait croisé une méchante sorcière.
Simon raconte directement leur périple et surtout ce qui les a poussés à traverser toutes ces épreuves. Il lui confie comment Lucy fait battre son cœur. Et que même si elle restait aveugle, il la chérira toute sa vie.
La fée l’écoute, émue, les larmes aux yeux. Elle se penche vers le sol et coupe deux brins d’herbe. Simon glisse le premier dans sa besace et frotte les paupières de sa compagne avec le second qui recouvre la vue quasi immédiatement.
Le retour n’est pas aussi long que l’aller. En effet, Simon est sur un commutateur géant qui rebondit comme un ressort. Lucy se blottit derrière lui et le serre très fort. Il est aux anges : il va non seulement rapporter l’herbe miraculeuse à sa sœur, mais il revient au pays avec son unique raison de vivre désormais : Lucy.
Le bouton saute très haut et en quelques semaines, ils arrivent chez eux. Mais quasi huit années se sont écoulées et quand il retrouve Shana, elle a triplé de volume. Sa peau est tendue comme celle d’un tambour, diaphane et fragilisée d’avoir été trop étirée.
Simon plonge le brin dans une tasse d’eau bouillante et incite sa sœur à en boire le contenu, le plus vite possible. Les boutons de Shana s’enfoncent dans la masse qui elle-même fond, comme aspirée de l’intérieur. Elle est magnifique maintenant, aussi belle que Lucy, sa future belle-sœur.
Simon choisit sa frangine comme témoin à son mariage et Lucy opte pour son grand frère et ce qui devait arriver, advient : les témoins eurent un coup de foudre au premier regard et le curé unit les deux couples dans la foulée.

HAPPY END

Texte initial

Simon contre l’acné

Simon vit dans un petit village, qui n’est pas sur la plupart des cartes, un véritable trou perdu. 
Simon a 11 ans. 
Sa mère est morte lorsqu’il avait 4 ans.
Il vit avec sa sœur de 15 ans, Shana et son père Georges.
Au collège, les filles de la classe de Shana se moquent d’elle.
On l’appelle «Clavier d’ordinateur », car elle a beaucoup de boutons, très gros et rouges. 
Alors elle pleure ; elle a des pensées noires. 
Elle devient dépressive et en tombe malade. 
Le docteur dit que si dans 8 ans elle n’est pas guérie, elle risque d’exploser.
Simon adore sa sœur et ferait n’importe quoi pour elle.
En classe, en cours de français, un sujet assez bizarre est lancé…

Mlle , j’ai entendu parler de l’herbe magique; elle a le pouvoir d’exaucer 1 souhait. 
Où peut-on la trouver ? Demande curieusement Anna , une amie de Simon

Et bien ma chère enfant, l’histoire de l’herbe magique remonte à longtemps déjà, c’est une légende, mais vous ne voudrez sûrement pas l’entendre. Répond ironiquement l’institutrice 

SIIIIIIIII , racontez nous !! Crient en cœur ses élèves.

Et bien il y’a bien longtemps, avant que les arcs-en-ciel n’existent, au temps où les gnomes , les trolls les fées et d’autres créatures féériques , existait une herbe magique. 
On la connaissait mieux sous le nom d’Herbe aux Souhaits , car elle avait le pouvoir d’exaucer un souhait , un souhait qui pourrait changer notre vie bien entendu. 
On trouve cette herbe dans la « Forêt Interdite », qui est au sud de notre pays. 
On entend dire qu’une fois arrivé dans la forêt , plus moyen d’en sortir.
Tous les chemins nous ramènent au centre de la forêt. 
Seul notre courage et une âme pure peuvent en sortir. 
Une fois de l’autre côté de la forêt , un rempart énorme est devant nous.
Une fois que l’on a escaladé le rempart de plus de 30 mètres de haut , se trouve un nain , qui vous posera la question.
Si on réussit , on passe.
Si on échoue, c’est la mort. 

Après, il faut trouver l’échelle magique , une échelle invisible à nos yeux , mais visible avec une âme pure. 
Une fois qu’on a monté l’échelle , la maison de la fée y est. 
C’est à elle qu’on demande l’Herbe au Souhaits …

Simon rentre chez lui , avec l’histoire en tête.
Il se dit qu’il pourrait sauver sa sœur comme ça , faire le souhait de combattre l’acné. 

Décidé d’aider sa sœur , il fait une liste :

 

  • Vélo
  • Pompe à vélo 
  • Du pain
  • De l’eau
  • Un GPS
  • Son GSM chargé à fond 
  • Et un truc « Duracel » pour plus d’heures de batterie
  • Et 20 €

Et le reste qui est nécessaire pour un long voyage. 
Mais il prend aussi une photo de famille avec lui , sa mère , sa sœur et son papa.
Il va dans le garage, il prend son vélo , programme son GPS et c’est parti pour son voyage.
Il fait chaud, il transpire , mais il faut continuer.

Après plusieurs jours de route, voire même des mois , il arrive enfin à la forêt interdite.
Il se rappelle que seule une âme pure peut en ressortir.

Simon pense seulement à sa sœur, et entre dans la forêt.
La forêt est si sombre qu’on ne voit même plus le bout de notre nez .
Il fait tellement noir qu’il percute tous les arbres de la forêt. 

Puis il entend un bruit , un grognement …
Qu’est-ce que c’était ? Un ours ? Un loup ? 
Il n’en sait rien , il court et finit par sortir de la forêt…

Il fait la rencontre d’une fille, Lucy.
Elle a 12 ans. 
Elle cherche aussi l’Herbe Magique : elle a un problème de santé assez grave , qui pourrait lui ôter la vie à tout moment, mais son refus de l’échec l’aide à continuer.
Ils font connaissance et ils deviennent très bon amis 

Après des jours de marche, ils arrivent au rempart.
Simon le sait ! 
Ce n’était pas une simple légende.
Mais personne ne sortant de la forêt pour en parler, on ne peut donc pas affirmer l’existence de ce monde féerique.

Lorsqu’il arrive au rempart avec Lucy à ses côtés toujours, il lève la tête.
Le rempart ne fait absolument pas 30 mètres, mais plus tôt 30 cm. 
Ca doit être dur pour le nain qui est devant Simon.

-Bonjour intrus, je suis le nain du rempart
Je m’appelle Rikiki.
Si tu réponds faux à ma question, toi et ton amie, vous pouvez appeler la morgue. Dit le nain rikiki 

– Je répondrai juste. Répond Simon avec confiance.

– Très bien …
Je suis un instrument, on ne me voit pas , on ne me touche pas , mais on m’entend. 
Qui suis-je ? Répond le nain en pouffant de rire.

-Heu .. Ma sœur me parlait souvent de ma maman, elle adorait la musique … Mais je ne vois …

– La voix ! Répond Lucy avec confiance, en coupant la parole à son camarade.

– C’est, c’est juste ! 
Félicitation, je vous laisse passer.

Et l’aventure continue …

Lucy et Simon deviennent meilleur amis, mais Simon est tombé amoureux de Lucy , qui a un visage de poupée, un ange tombé du ciel.

Simon voit l’échelle enchantée, ou magique si vous préférez.
La nuit retombe.
Cela fait 3 ans qu’il est parti. 

il a 14 ans , Lucy 15. 
Et Shana 17, il faut faire vite.

-Regarde ! C’est l’échelle magique ! Elle est magique ! Dit Simon impressionné 

Mais Lucy ne voit pas l’échelle qui est invisible..

-Où ça ? Répondit Lucy 

Simon comprend, il faut guider Lucy.

Difficilement Lucy grimpe sur l’échelle.
Elle a un peu peur car elle grimpe dans le vide pour elle.
Mais Simon est derrière, pour la rattraper si elle tombait.
Une fois au dessus de l’échelle, il voit la maison de la fée. 
La maison est d’une beauté à en couper le souffle. 
Il frappe à la porte et une fée sort de la maison.
Simon raconte l’histoire à la fée ….
Il lui dit comment il a rencontré Lucy, qui fait battre son cœur. 
Elle a les larmes aux yeux.
Elle donne alors l’antidote aux deux adolescents. 

Le retour n’est pas aussi long que l’aller. 
En effet, Simon est sur un bouton géant qui rebondit avec Lucy qui est derrière lui et qui le serre fort. 
Simon est aux anges. 
Le bouton saute très haut et en quelques semaines, ils sont chez eux. 

Oui, car Simon a invité Lucy à rester. 
Ils se sont même fiancés. 

Cela fait 7 ans qu’ils sont partis après tout. 
Shana était toujours pleine de boutons. 
Simon lui fait une soupe avec l’herbe dedans. 
Les boutons de Shana se sont enfoncés dans sa peau, des cris de douleur atroce .. 
Mais Shana est belle maintenant, aussi belle que Lucy, sa future belle sœur. 

Le mariage a lieu le jour de la rencontre des deux adultes. 
Un mariage de conte de fées. 

Ils auront une fille, Sophie , le prénom de la maman de Simon
Tout est bien qui finit bien…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s