0001

 

Regard perçant nacré, diamant opalin,
Bouquet de strass perlés, goutte azuréenne.
Pupille noir obscur, larme obsidienne,
Gémissement blasé puis lamento salin.

Un ronronnement sourd, assoiffé de câlins,
Ta tête dans mon col, quémandant la mienne.
Juste un besoin pressant. Douceur quotidienne.
Rien que toi et moi, mon amour de félin.

Et je me perds sans fin dans tes yeux célestes,
Pétillant de bonheur, extase manifeste,
Tes griffes de métal pétrissant mes genoux.

Soudain, sans prévenir, ostensiblement lasse,
Tu m’abandonnes, là. Balade sans tabou.
Le silence se meurt. Au loin, un oiseau passe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s